À propos

TRAIN-TRAINS est développé par POINT BARRE sur une idée originale de Antonin Alloggio.
Le projet se décline sous deux formes complémentaires.
– Une installation audiovisuelle itinérante, reproduisant la spatialité d’un wagon, conçue avec les équipes du musée de Bretagne.
– Le site train-trains.net

Notre point de départ est la gare de Rennes en février 2017.

L’installation TRAIN-TRAINS a été créée en 2017 à Rennes, en partenariat avec Rennes Métropole : les Champs Libres/musée de Bretagne

Intentions

Dans un monde où tout va de plus en plus vite et où chacun veut tout, tout de suite, quelle place pour la durée ? La durée est aujourd’hui présentée comme une contrainte ou devant être vécue comme telle. Il faut aller plus vite ! Avec TRAIN-TRAINS, nous proposons d’intégrer et d’assumer cette « contrainte ». Accepter d’être « en train de », (re)proposer l’expérience de la durée et revendiquer une forme de droit à l’ennui. Au train où vont les choses.

De même, il nous faudra accepter de s’en remettre au hasard. Alea jacta est. Au moment de monter dans ces trains, nous n’avons aucune idée des personnes que nous allons rencontrer. Et, pour les faire personnages, il nous faudra user de toutes les ressources de l’improvisation.

C’est donc à travers le voyage en train, par le prisme d’une réflexion sur la question du temps et du réseau, grâce au documentaire et sa capacité de laisser place à l’improvisation, que nous nous proposons de traiter la question.

Bon voyage.

L’équipe

Antonin Alloggio

Réalisateur de TRAIN-TRAINS.

Né en France d’un père exilé argentin et d’une mère bretonne, Antonin vit et travaille aujourd’hui à Rennes. Après une enfance à la campagne dans le pays du Coglais, il se rend à Rennes pour suivre un cursus à l’Université Rennes 2. Il fait ses armes en s’investissant dans des associations étudiantes de création audiovisuelle et coordonne notamment une émission hebdomadaire pour TV Rennes 35. En 2011, son parcours universitaire est sanctionné par l’obtention d’un master recherche en études cinématographiques dans le cadre duquel il écrit sur la question de l’interactivité et les relations multimédias entre cinéma et jeu vidéo.

Depuis 2011, Antonin Alloggio est réalisateur et développe son travail autour et à partir du documentaire. Que ce soit dans les projets de commande ou dans les projets en collaboration, il s’attache à développer une même écriture documentaire que dans ses projets plus personnels. En 2010, il créé, avec Joël Martins Da Silva, la série documentaire originale « Avec les anciens ! », pour laquelle ils invitent les retraités à tourner eux-mêmes leurs premiers films. Ces réalisations empruntent une démarche de cinéma-direct où chacun est à la fois devant et derrière la caméra. En 2012, un film plus personnel, « La vereda de enfrente (Le trottoir d’en face) », film de voyage et portraits croisés d’exilés et leurs enfants entre France et Argentine, réflexion sur l’identité. En 2013, il co-réalise « Il était une foi » auprès des pèlerins du trobreiz. En 2014, il créé un environnement vidéo grâce aux outils du VJing en lien avec un groupe de musiciens et de danseurs : l’image comme moyen d’éclairer la scène de spectacle, « Cuadros de una exposición » de Manuel Cedrón. Avec « Coglais 1968-2015 », il réalise aux côtés des habitants un portrait de territoire à partir d’un premier film réalisé en pellicule 16mm en 1968. S’ensuit un travail de recherche  qui conduit à une édition DVD des deux films. S’ajoutent également bon nombre de films de commande et toute une série de clips musicaux qui sont autant d’exercices de perpétuelle recherche. Très actif, il participe à plusieurs projets en cours avec POINT BARRE notamment et TRAIN‑TRAINS s’inscrit dans cette continuité collaborative.

www.alloggio.fr

Gaël Prigent

Photo : Chantal Bou-Hanna

Ingénieur son de TRAIN-TRAINS.

Né à Fougères, en Bretagne, juste à temps pour commémorer le deux cent douzième anniversaire de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis, Gaël a tout de suite été attiré par l’écriture, la musique et le son.

Gaël fait ses premiers pas sur scène avec son groupe les Vieilles Margattes, groupe qui perdurera plus de dix ans et sortira trois album. Il décroche, à cette époque, un master de recherche en Arts du spectacle spécialité théâtre à l’Université de Rennes 2 et profite de quitter définitivement l’école pour devenir musicien professionnel. Gaël, en plus de son travail de régie sur différents spectacles, joue toujours dans plusieurs formations, s’implique au sein du jeune label rennais de chanson française Wagonnet Production, a participé à la production de plusieurs disques pour des groupes locaux, réalisé des bandes-sons pour des pièces de théâtre, des documentaires – dont des documentaires conduits par Point Barre – et produit et réalisé l’enregistrement live célébrant les adieux de son groupe à la scène. Sa participation au projet TRAIN-TRAINS est aussi une belle opportunité pour lui de mêler la mise en scène sonore, artificielle donc, et l’aspect documentaire, plus nu, irrémédiablement honnête, vrai.

Joël Martins Da Silva

Cadreur de TRAIN-TRAINS.

Réalisateur / Producteur né en France en 1979. Ses parents se sont rencontrés en Bourgogne quelque temps après avoir quitté le Portugal salazariste dans les années 70. Après une enfance bourguignonne, Joël s’expatrie en Bretagne lorsqu’il reprend ses études à l’âge de 25 ans, pour accéder à une option audiovisuelle non pourvue dans son établissement d’origine. Très investi dans la vie associative de l’Université Rennes 2, il participe à la dynamisation de la vie culturelle des étudiants et collabore régulièrement avec des laboratoires de recherche. Toujours, durant cette formation universitaire, il est chargé de la réalisation d’un programme TV hebdomadaire diffusé sur TVR. À la même période il commence à développer des projets de films documentaires personnels notamment « Migrants-Clandestins », film sur la condition des migrants de Calais tourné en 2007. En 2008, il obtient son Master 2 en Arts et Technologies Numériques (spécialité vidéo et interactivité) ; à cette même époque il enseigne aux étudiants de première année de licence Arts du spectacle la méthodologie disciplinaire. Cette même année il réalise le film « De l’autre côté de la ligne » et une exposition photo sur le mur de séparation entre les villes de Tijuana au Mexique et San Diego aux USA. À son retour, certaines de ses photos seront publiées par le Monde Diplomatique. En 2009, il réalise un film en partenariat avec le laboratoire de recherche Prefics « Le multilinguisme dans la Ville de Rennes » ainsi qu’un film pour le conseil général d’Ille et Vilaine « Engagez-vous qu’ils disaient, la place des jeunes dans la vie locale ». En 2010 il cofonde la structure de création audiovisuelle Point Barre et commence avec Antonin Alloggio la réalisation de ce qui deviendra une série documentaire « Avec les anciens » ainsi que des films de commande, clips, captations…

En 2015, il achève le film et le webdocumentaire « Générations galères » diffusé par le groupement de chaîne bretonne et initié en 2012. Actuellement il développe le projet de site internet www.onestici.net : un outil pédagogique articulé autour des témoignages de personnes en situation de fragilité linguistique et /ou en situation d’illettrisme avec de nombreux partenaires dont Point Barre, le ministère de la Culture (DGLFLF), la DRJSCS, Rennes Métropole, l’Université Rennes 2, l’Udaf 35, La ligue de l’enseignement, l’Infrep, etc.

Pierre-Arnaud Lime

Cadreur de TRAIN-TRAINS.

Pierre-Arnaud est vidéaste. Passionné par l’audiovisuel depuis de très nombreuses années, il recréé aujourd’hui les univers imaginés dans son enfance. Empreint du dessin et de l’animation, il affectionne aussi le documentaire et sa portée scientifique et politique.

En 2014, après une formation en Licence Arts du spectacle et un BTS de technicien audiovisuel à l’ESRA Bretagne, il remporte le prix du jury pour son court métrage « expériences d’un jour » réalisé à l’université de biologie de Rennes. Il créé par la suite avec Fanch Cavellec la websérie de vulgarisation scientifique « Happy hour » sous la direction de l’Espace des sciences de Rennes, diffusée chaque mois sur Youtube.

En 2015, il créé le collectif de réalisation audiovisuelle « Ouest Side Media ». Il réalise le documentaire « Transitions Agricoles » sur l’exploitation de la banane en Martinique et collabore avec le groupe de rap SoN’oR & NxF pour leur clip « La Marche ».

En 2016, il fonde l’association Aminti avec Adrian Marza et Carmelo Lemorvan. Ensemble, ils réalisent plusieurs reportages, courts-métrages et captations de spectacle.

Les musiciens

Les musiques qui habillent les vignettes vidéos de TRAIN-TRAINS sont des créations originales ou des versions instrumentales de morceaux issus d’albums d’amis musiciens. Ils ont accepté de se prêter au jeu qui consiste à voir (et entendre) leurs compositions dépouillées de leurs paroles et à les entendre (et voir) réutilisées dans un contexte différent, pour soutenir l’émotion d’un portrait.

Melchior Liboà

Le plus clair de mon temps je regarde les trains partir sans moi tranquillement installé à la terrasse du café de la gare.

Melchior Liboà est un ferrovipathe. Comprenez : il aime les trains. Sa musique, ses chansons et sa vie sont traversées par les trains. Même si la vie nous passera dessus comme un train, il n’oublie jamais que quelquefois mes meilleurs amis sont les trains.

Sa musique est une promenade dans un paysage imprégné de souvenirs de voyage, d’humour noir et de réflexion. Son style est enraciné dans une sorte de passion pour les thèmes qui râpent et les sons de guitare vintage, combinant une sensibilité rock and roll, une écriture convaincante et des arrangements envoûtants, posément en dehors des genres habituels.

http://melchiorliboa.wixsite.com/melchiorliboa

Antonin et Melchior réalisent ensemble un triptyque de clips : Parfois la vie imite l’art, Quelquefois mes meilleurs amis sont les trains et Le chemin.

Gonzalo Gudiño

Gonzalo est né le 3 juillet 1984 à Posadas (Misiones-Argentina). Enfant prodige, il commence à jouer du piano dès l´âge de 3 ans, n’a que 4 ans lorsqu’il commence des études de musique et, dès l’âge de 7 ans, il maîtrise plus d´une trentaine d´œuvres et s’offre ainsi ses premières scènes. Puis il obtient son diplôme de Professeur de piano, théorie et solfège à l’âge de 10 ans.

En 2001 il intègre « l´Orchestre Typique » de Ricardo Ojeda, accompagné de quatre violons du Philharmonique du Théâtre Colón de Buenos Aires. En 2005 il donne naissance à un spectacle intitulé « ¿Tango? » et dans lequel il se produira, en Argentine et au Brésil, accompagné de 12 musiciens sur scène. En 2007, il entame une tournée européenne.

Installé en France depuis 2011, il multiplie les collaborations tout en développant des projets personnels, au sein de formations, ou en tant que soliste.

Actuellement, renouant avec les origines de sa formation mais aussi avec sa terre natale, il présente son premier travail de musique classique, une suite de dix pièces chromatiques en rythme de « galopa misionera ».

www.gonzalogudino.com

Les Vieilles Margattes

C’est sur un pupitre d’écolier décoré de dessins obscènes que tout le monde a griffonné ses premières chansonnettes… Les trois larrons à l’origine des Vieilles Margattes ont carrément commencé leur carrière dans la cour de leur école où résister à la tentation d’y semer l’anarchie en musique relevait de l’impossible. Ils n’ont jamais cessé de jouer depuis : une guitare qui oscille entre pompe manouche sauvage et flamenco brûlant sur des grilles punk ; une basse qui cogne et un accordéon qui livre toute sa fureur, tel est leur arsenal, renforcé depuis par une batterie garantie dopée au rock’n’roll.
Pourtant c’est bien de chanson qu’il s’agit. De la vraie chanson française ; celle qui n’a malheureusement le droit de cité que sur scène, terrain de prédilection du groupe où l’expérience acquise durant ses huit années d’existence et les quelques cinq-cent prestations se libère avec rage et bonne humeur. Car, si les textes sont ciselés et pleins de colère, tous ces mots ne seraient rien s’ils n’étaient pas habités ; donner une âme au texte, voilà la signature des Vieilles Margattes et le gage de l’intensité de leurs concerts.
www.margattes.fr

The Walking Men

The Walking Men, 3 hommes réunis autour de l’esprit folk et des grands espaces… Bercés au Blues et à la Chanson, élevés par le songwriting américain, ils allient guitares, harmonica ou banjo pour vous suggérer l’évasion, la mélancolie et la joie de vivre.

facebook.com/The-Walking-Men